Dessin de Philippe Bret
Dessin de Philippe Bret

Qui suis-je ?

 

On m'appelle Razkayou. Je suis un kayak de mer.

Comment un esquif en plastoc authentique peut-il soliloquer sur Internet comme le premier facebooker venu ? Je n'en ai pas la moindre idée. Et je m'en tamponne le coquillard (c'est ainsi que nous autres kayaks de mer désignons familièrement le fond de notre coque).

Vous devez connaître mes ancêtres, ces petits bateaux, très fins, très racés, utilisés par les Eskimos pour chasser le phoque. Ça fait un bail que ces braves gens y ont renoncé. À présent ils ont des canots à moteur, comme tout le monde. Ça va plus vite, c’est moins risqué, ça ne demande aucun apprentissage et surtout, c'est moins fatigant. Comment ne pas les comprendre ?

Ce qu’on comprend moins, c’est que sous des cieux plus cléments, d’autres gens, bénéficiant pourtant depuis des générations des bienfaits du progrès des arts et des sciences, aient éprouvé le besoin de remettre au goût du jour cette embarcation préhistorique. 

Remarquez, je ne m’en plains pas, je ne crache pas dans la soupe comme disent les bipèdes. Bien au contraire. Sans cet engouement pour les bateaux des anciens Inuits, je n’existerais même pas. Et la vie de Félix n’aurait sans doute pas la même saveur. 

Félix ? C’est mon kayakiste. Le bipède chargé de me propulser à coups de pagaie. Non seulement il me propulse, mais c’est aussi lui qui prend toutes les décisions. Les bonnes comme les mauvaises. C’est le patron. 

 

Peut-être connaissez-vous cette pensée de Thomas Hobbes :

« Toute volupté de l’esprit, toute bonne humeur vient de ce qu’on a (affaire à) des gens en comparaison desquels on puisse avoir une haute estime de soi-même. » 

Ce n'est pas faux. Depuis que Félix et moi vivons les mêmes aventures, je suis toujours de bonne humeur.